[Podcast] L’attrait des consommateurs pour le commerce local, le retour de l’éthique dans l’économie ? (1/2)

Faites défiler

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Pour ce 4ème épisode, nous avons le plaisir d’accueillir Jean-Jacques Friboulet, professeur émérite à l’Université de Fribourg et doyen de la faculté des Sciences Economiques et Sociales entre 2011 et 2013, et Laurent Houmard, professeur HES ordinaire et co-responsable de l’Institut en Innovation sociale et publique.

Durant ces 2 dernières années, la crise du COVID a bousculé les modes de consommation du grand public. Avec un commerce mondial à l’arrêt et une sensibilité du consommateur accrue pour la consommation locale, peut-on y voir un nouveau souffle pour une économie éthiquement et socialement responsable ou au contraire un retour d’un dangereux protectionnisme?

Ce que l’on a abordé

La tendance de la consommation locale (sociale et durable), a-t-elle encore de l’avenir et pour combien de temps ?
Nous avons vu de nombreuses initiatives de promotion du commerce de proximité et un changement profond de la manière de consommer durant la crise.

  • Pensez-vous que cette tendance va s’inscrire dans la durée ?
  • Sous quelle(s) forme(s) ? (par exemple, uniquement un changement de consommation sur l’alimentaire (bio, régional) mais pas dans d’autres domaines ?)
  • Les signaux de « retour à la normal » que nous voyons en ce moment ne sont pas très encourageants (lois CO2 refusée, départ massif en avion en vacances, etc.). Faut-il y voir un retour en arrière ?

Dimension sociale et éthique du commerce local : Consommer local VS les revenus des ménages

  • La consommation « locale » est souvent associée à des prix plus élevés. Pensez-vous qu’elle pourrait accentuer les inégalités sociales ?
  • Est-ce que la consommation locale est réservée aux personnes aisées ?
  • Comment inclure les personnes à bas revenus dans cette mouvance ?
  • Le commerce local « parallèle » (à savoir, non traditionnel) dans des couches de la population moins favorisées prend de l’importance (par exemple, boutique de seconde main, barbiers syriens, épiceries portugaises, etc.), doit-on y voir la solution à ce problème ?

Dimension économique du commerce local : protéger le commerce local, un retour du protectionnisme ?
Le protectionnisme consiste rendre difficile l’importation de biens et services sur un territoire, par toutes sortes de moyens (taxes, interdiction, etc.) afin de favoriser la production locale.

  • La consommation « locale » est depuis longtemps un des arguments principaux des programmes politiques de bords (très) conservateurs (par exemple le America First de Donald Trump).Est-ce que l’attrait pour le commerce local pourrait amener à des politiques protectionnistes ? Quels en sont les dangers et comment y remédier ?
  • L’attrait de la consommation locale va-t-elle favoriser un rapatriement de la production sur notre territoire (par ex. retour des usines de fabrication en Suisse, production agricole, etc.). Est-ce une bonne chose et comment ne pas tomber dans un protectionnisme inefficace ?
  • L’attrait de la consommation locale va-t-elle favoriser un rapatriement des services sur notre territoire (par ex. forte croissance des ateliers de réparation de vélo).
  • Comment concilier l’essor du digital dans le domaine des services et la présence locale (par ex. le digital fait fermer des guichets de poste et de banque)
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email